安娜·费雷尔(Anne Pharel)

  • 代表作品

    Les arbres gravés

    "J'envisage ces images comme des substituts de ce monde voué à l'évanouissement, de ce monde qui s'écoule sans le désir d'inscrire son passage, ce monde qui laisse une empreinte aléatoire que je saisis au vol pour lui imposer une trace. Reflets du ciel et des arbres déposés sur une vitre, je leur donne une texture pour qu'ils se cristallisent et continuent de flotter entre deux airs, dans le souffle.
    C'est ainsi que je m'enfonce dans la réalité d'une autre atmosphère, projetée dans l'univers de la transparence qui devient apparence et qui est une provocation pour l'imaginaire. Mirages?"


    Les Apparitions

    "Dans mes images, je ne recherche pas une ressemblance au monde, ni même une vraisemblance ; je cherche à rassembler le Beau fragmenté pour aller vers la Beauté qui donne à penser. Il s'agit d'une vision pure qui permet l'étrangeté d'approcher l'invisible, ce que l'on pourrait croire être le magique et qui n'est au fond qu'une part infime du Réel, juste entraperçue. Dans ce temps suspendu, dans un long et lent mouvement, je cherche et j'attends l'instant crucial où la lueur intérieure d'un monde se déplace enfin et vient rejoindre les reflets de l'extérieur, pour y faire corps dans une autre réalité. M'oubliant jusqu'à l'effacement, je provoque alors l'union des inconciliables qui engendre la sensation profonde et intime d'une présence : confrontation à l'énigme. Le monde éclairci, auréolé, se révèle alors, devient plus transparent, plus limpide et aussi plus rapproché du Secret ; confidences d'une boule de cristal. Est-ce donc cela, dans l'éblouissement de l'imaginaire, l'incursion brève, fulgurante du Réel dans la réalité?"


    Le bruit de la nuit

    "Je considère le néant, il modèle le monde. Il est origine, là, tapis dans l’insondable qui sépare l’ombre de la lumière, lorsque les fourmillements du silence deviennent visibles. Il est là, qui borde les présences minuscules, consciences innombrables, juste particules, ourlant de vide les électrons : c’est en lui qu’il faut chercher le souffle du vivant ; il est le point de bascule universel et fécond. Je veux trouver ces consciences infimes qui instaurent le bruissement du silence et les pigments de la nuit : ce sont elles qui révèlent les interstices que seul le néant peut habiter lorsque les fils du jour nés de la brillance de la lumière, ces tyrans du monde intelligible, sont rompus par la montée de l’obscurité. Alors, cernées par l’invisible, elles laissent gonfler, éclater, exploser leurs couleurs contenues. Libérées de leurs liens, elles ouvrent sur un univers enrichi de rêves et de nuances, à la réalité moins dense car non lissée, une réalité avec ses failles, qui s’écrit autrement et donne à lire un réel à trous, à pleins, à déliés."
    Je crois que le bruit de la nuit est de la même nature que les enveloppes invisibles des fragments du monde


    Sub Noctem

    Enter the unintentional beauty of the day that fades, that escapes the desire of creation.
    Surprise the hour when the mysteries of the night rise.
    Taming the shadows, give them shape while the trees approach, conversing in the newfound darkness.
    Celebrate the last light of day and accept the evidence of the short moment of uncertainty.
    These few moments are home to the rise of the invisible world, when colors, pristine and glorious, journeyed back to themselves, before everything went missing.
    The perfect time where the trees, dissolving into their environment, transiently, engulfed, offer traces of their disappearance.
    When the earth and its works are recounted—works of passing time—reality fades and is left to be absorbed by a world that is becoming a dream.


    Interior Gardens

    "Trace that which has sunk, concoct what has disappeared. Illusions. In the collapse of a world, there is only the intangible trace of what is lost: fleeting visions of crumbling figures which, if rusted, give way to gold in their absence. Ruins, forgotten columns, lost gardens... this is the internal archeology of time; that of a memory with gaps, which cracks when indiscernible images expose the workings of time. These are images of duration, because in not indicating an "it was" but a "that is," they give the past a texture that lets it creep into, develop, and invade the present.

    Intermittent arrivals at the surface of the world, these visions rob reality by means of evaporation and proceed to erect a world inhabited by beings who have the consistency of dreams: those who, unbeknownst to us, have left traces, and those who have found us. Our transparency. They present themselves at that moment decisively, but outside oneself. Memory without memories, amnesia, which approaches what is known but unidentifiable. Memory which opens to the familiar and universal presence of the vanished that remains, at the moment when inner and outer merge to make a porous image.

    These are fragments of alchemy where rust and fallen leaves are sublimated into gold: "The changing of bodies into light, and light into bodies, is very conformable to the course of Nature, which Seems Delighted with transmutations"


    Collection


    Insaisissable et dérivées

    "There were two shafts of light above a body of water.

    The departing day gave birth to the strange sight of their disappearance, where the visible sinks and disappears into nothingness, becoming invisible and indivisible. Newton’s fluxion, the "quotient of the last two evanescent increments."

    If sometimes the passage from one place to another is a shift, an in-between without perceptible transition, it also happens that it filters out the moments where a glimpse of the elusive is required, a call to drift. To drift among impressions, to drift in uncertainty, to drift in the ineffable.

    Thus begins the slow, imprecise moment that makes space and time merge."


    Light Channel


    Gold Panning

    "Sieving the streams at night, golden jets splash into the dark, sequined in black. Erratic presences, floating, fluctuating.
    Here I am in search of these images that live from their shadows, from their weaknesses, from what they refuse to disclose in order to better reach the riddle of the in-between: the bright gap between two whirlpools; where the invisible accommodates in order to project the visible, where the visible hides within fragmented time.

    Show the world as I believe it is, not as it appears or it appears to me; but as it disappears, when what remains is more consistent in its turbulent essence, eternally elliptical."


  • 人物生平

    人物生平

    法国 , 1967

    安娜•费雷尔是一名画家、雕塑家、作家、摄影家,也同时是许多展览的策展人。 在这些展览当中包括:维利•罗尼(Willy Ronis,法国纪实摄影大师)1997年在索尔格岛(l'Isle sur Sorgue)的展览、2001年在戈尔德城堡(château de Gordes)的展览以及雅克•亨利•拉蒂格(J.H Lartigue,法国摄影家)在 1999年在索尔格岛(l'Isle sur Sorgue)的展览。她也参与了安德烈•费雷尔(André Pharel)的展览“Traversées”。 安娜在发挥自己艺术天赋的同时,也为展览发挥了自己的写作天赋,除了负责了展览的设计,同时她也制作了展览目录。 除了制作艺术家的网站和各种各样的名录,安娜也参与到摄影师的书籍出版,负责文字和书籍版面设计的制作。 在这些年以来,这位摄影师所有在摄影方面的尝试,使她逐渐形成了个人的作品风格,在2014年开始,她开始展出自己的作品。


    8月 2017
    La forêt des Livres, Chanceaux-près-Loches

    5月 2017
    Villa Datris, l’Isle-sur-la-Sorgue

    11月 2016 – 2月 2017
    L’intangible, Photo12 Galerie Paris

    6月 - 10月 2016
    Fondation Pierre Salinger. Exposition collective « Totems »

    5月 2016
    Achat par la Fondation Pierre Salinger d'une sculpture photographique.

    12月 2015 - 1月 2016
    Galerie DNR  索尔格岛(l'Isle-sur-la-Sorgue).

    11月 2015
    Fotofever, 巴黎

      4月 – 5月 2015
    Château de Gordes. « Regards sur un monde buissonnier ».

    9月 2014
    Galerie  Depardieu, Nice. Exposition personnelle de cette même série.

    6月 2014
    Atelier du Pieï à Lagnes. 个人展 "Sub Noctem"

    链接

  • 相关展览
  • 相关报道